Vous êtes ici : Accueil > Lycée > Les disciplines > Les langues vivantes > Russe > LE RUSSE, UNE LANGUE "RARE" ?
    Publié : 11 février 2013

    LE RUSSE, UNE LANGUE "RARE" ?

    FAITES DE CETTE "RARETE" UN ATOUT !

    Des chiffres : le russe , langue "rare", mais parlée par 143 millions de Russiens (2012), rare, car apprise par 3% des élèves.

    Des chiffres qui commandent une tactique.

    Dans la course pour l’emploi,.....


    - moi, je joue la différence : je ruse, donc j’ose le russe ;


    - moi, je revalorise mon anglais par le russe. "I speak english and russian". Je serai opérationnel de l’Atlantique à l’Oural et même au delà. Moi, je donne à mon CV ce "plus" qui le distinguera des autres. A diplômes égaux, le russe est cette langue "subsidiaire" qui départage les candidats à un poste ;


    - moi, future(e) scientifique ou commercial(e), en pariant sur le russe, je parie sur l’avenir sans prendre de grands risques : la mise est faible, le rapport peut être gros pour des experts envoyés en CEI (ex-URSS). Ces missions sont généralement grassement payées.


    - moi, je sais que la conjoncture joue en ma faveur : la Russie a plus que jamais besoin de moi, jeune ingénieur, économiste, juriste ... parlant quelques rudiments de russe. (Un simple vernis suffit comme appoint à une spécialité). L’occasion offerte par l’histoire est trop belle pour la laisser passer ! Après, il sera peut-être trop tard ...


    - moi, Européen (ne) de l’Ouest, je veux connaître cet Est mythique, comprendre de l’intérieur cette autre Europe qui est notre double, pouvoir lire dans le texte Tolstoï, Dostoïevski, connaître la culture russe, pénétrer le monde slave ;


    - comment, moi qui sais résoudre des problèmes de mathématiques ou de physique, moi qui sais disserter en philosophie, je ne serais pas capable d’apprendre le b.a.-ba du russe ? Cette langue est réputée difficile, mais quelle langue n’a pas ses difficultés ? C’est une langue musicale, mélodieuse, et des débutant(e)s m’affirment, étonné(e)s, qu’elle a des côtés vraiment faciles : elle est facile à prononcer, facile à écrire (encore un préjugé qui tombe !), l’orthographe est presque phonétique. Ajoutons : pas d’article et en tout et pour tout 2 conjugaisons !


    - et moi qui proteste toujours contre les classes surchargées, j’aurai enfin des conditions privilégiées, voire idéales, de travail (effectifs très réduits, tournant souvent au cours particulier). Mes désirs deviendront réalité.
    L’emploi se fait rare. Soyez rare, donc précieux (se) !

    Alors le russe, pourquoi pas ?

    Post-scriptum