Vous êtes ici : Accueil > Lycée > CDI > Semaine de la presse
    Publié : 2 juillet 2013

    Semaine de la presse

    Le bilan de l’exposition

    Du 4 au 8 mars nous avons exposé au CDI l’exposition intitulée « lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes ». Cette exposition prêtée par le Conseil Général de l’Eure avait pour objectif de sensibiliser les élèves de l’établissement aux différentes formes de violences exercées contre les femmes mais également contre l’ensemble des jeunes : filles et garçons.
    Cette exposition servait de préalable à une discussion avec les groupes venus la visiter .
    Nous avons mené cette action à l’initiative de madame Voleau, assistante sociale dans l’établissement qui s’est occupée en outre de l’aspect contacts avec des associations qui ont participé à des actions d’information et de débat pendant cette même semaine au sein du lycée.

    Organisation de cette action :
    Madame Voleau avec le CECS

    Participants à cette action :
    - Madame Picard Claudie : infirmière
    - Madame Margollé Candice : CPE
    - Monsieur Fourcault Clément : assistant d’éducation
    - Madame Oger Delphine : stagiaire assistante sociale
    - Monsieur Caron Maxime : stagiaire assistant social
    - Madame Maguet- Lavignasse : documentaliste
    - Madame Gouello Karina : documentaliste

    Nous nous étions mis d’accord préalablement sur la façon d’intervenir auprès des élèves , nous avons constitué une équipe qui intervenait en binôme. Chaque groupe reçu pouvait donc converser et débattre avec un binôme d’adultes qui les encadrait afin de réguler et de distribuer équitablement la parole sur chaque sujet abordé.
    Nous laissions les élèves réagir juste après leur visite puis nous partions des thématiques qu’ils désiraient aborder pour organiser la discussion. Ainsi , nous avons pu parler des violences conjugales, du viol, de l’excision, du mariage forcé, de l’égalité fille et garçon concernant la liberté sexuelle, mais également dans les relations futures des couples concernant le quotidien et les tâches ménagères et sur les préjugés concernant l’inégalité des salaires.
    Le couple a été également évoqué sous l’angle de l’affectif, la jalousie, la violence psychique exercée l’un sur l’autre. Jusqu’où peut-on aller dans l’exigence de transparence de l’un envers l’autre ?

    En parallèle à cette exposition, nous avons projeté des extraits de films « la journée de la jupe » de JP Lilienfeld,, « ne dis rien »d’ I. Bollain, « Erin Brokovich » de Soderbergh qui illustraient des situations mettant en scène des problèmes liés au sexisme, des situations de violence conjugale mais aussi un portrait de femme déterminée et combative afin de ne pas conforter les élèves dans l’idée que la femme est une éternelle victime sans défense.
    Cette action a été très positive. Les élèves ont confronté leurs représentations à celles de leurs camarades , à celle des adultes. De véritables questions de société ont été soulevées : par exemple « doit -on réfléchir davantage à l’éducation des garçons afin que les rapports quotidiens entre filles et garçons soient apaisés ? » ; « Comment la justice doit elle punir les auteurs d’agressions sexuelles ou de viol ? » ; « Comment lutter contre la pratique des traditions portant atteinte à l’intégrité physique des jeunes filles (excision) ou à leur intégrité psychique( mariage forcé) ? » ; « la circoncision peut-elle être considérée, lorsqu’elle est pratiquée pour des raisons religieuses, comme une mutilation au même titre qu’une excision ? », « qui sont les personnes susceptibles d’être victimes de viol ? ».

    Par ailleurs, des associations sont intervenues : le Planning Familial, une compagnie de danse "Just Kiff Dancing" qui a proposé trois séances de prévention dansée
    ( danse+débat) et le CIDFF (Centre d’nformation sur le Droit des Femmes et des Familles). Une rencontre avec des étudiants et des professionnels pratiquant des métiers très masculins ou très féminins a été organisée avec des élèves de STMG. Une rencontre avec des femmes pratiquant des métiers réservés encore beaucoup aux hommes et avec des jeunes- filles pratiquant des activités plutôt dites masculines a été organisée avec des élèves.

    Cette action a été riche en échanges et en questionnements et a montré à la fois l’intérêt des élèves pour ces thèmes et leur besoin d’information et de réflexion.

    Bilan effectué par E. Maguet- Lavignasse et K. Gouello.

    Post-scriptum

    s